deiss­neri

Parosphromenus deiss­neriPhoto de K.Keibel P.Deissneri mâle(le filament noir de la queue n’est malheureusement pas reconnaissable)

Kot­te­lat & Ng 1998

Pre­mière descrip­tion :valide aujourd’hui :Parosphromenus Bin­tan un nou­veau pois­son de la famille des Osphrone­mi­dae, des îles de Bin­tan et Bangka, Indonésie avec la redescrip­tion de P.Deissneri. Ichthy­olog­i­cal Explo­ration of Freshwater,8 :263272-Jusqu’à la pub­li­ca­tion de cette nou­velle descrip­tion, la pre­mière était valide :P.Bleeker, Negende bij­drage tot de ken­nis der vis­chfau­na­van Bangka.Natuurkundig Tijd­schrift voor Ned­er­lan­disch Indie,18 :359379.

La redescrip­tion avec l’aval de l’autorité de nomen­cla­ture, ICZN ‚un siè­cle après sa pre­mière descrip­tion ‚est vrai­ment inhab­ituel, mais néan­moins suit les règles.

L’ICZN le con­firmera dans la pub­li­ca­tion suiv­ante :ICZN 2000 ‚Opin­ion 1946 th Osphrone­mus Deiss­neri Bleeker ‚1859 (couram­ment Parosphromenus deiss­neri ;Osteichtyes,Perciformes) ;l’holotype est rem­placé par un néotype.Bulletin of Zoo­log­i­cal Nomenclature,57 (1) :60

Retour en arrière :dans les années 1990 il était déjà reconnu que dire qu’il n’y avait qu’une seule espèce de Parosphromenus était faux. Il était aussi évi­dant que tous les gouramis nains trou­vés jusque là et appelés ‘’ P.deissneri’’,devaient appartenir à dif­férentes espèces. D’ou l’intérêt de réex­am­iner le pois­son orig­i­nal de Bleeker (un seul exem­plaire) à la lumière de nou­velles décou­vertes .Un– le pois­son était en très mau­vais état et deux c’était une femelle et donc il man­quait les car­ac­téris­tiques qui dif­féren­tient les espèces tel que la couleur.qui reste rarement dans les spec­i­men con­servés. ;trois à cette péri­ode on savait déjà qu’il y avait au moins deux espèces dif­férentes de Parosphromenus à Bangka, qui se dif­féren­ti­aient par la forme de leur nageoire caudale.

La nageoire cau­dale serait une car­ac­téris­tique struc­turelle impor­tante de dif­féren­ti­a­tion, mais le spec­i­men en man­quait. Entre temps comme le vieil holo­type ne pou­vait plus per­me­t­tre de décider laque­lle des deux espèces de Bangka était le vrai deiss­neri, les deux ichty­ologues décidèrent de créer un neo­type et de décrire les espèces sur ces bases. Cette propo­si­tion fût accep­tée . On décida. que ce ne serait pas l’espèce avec la queue arrondie mais celle avec le fil­a­ment dans la nageoire cau­dale qui sera P.deissneri.(Remarque :si la déci­sion de choisir l’autre espèce avait été prise on aurait évité la con­fu­sion sur le nom de l’espèce, cette spécu­la­tion n’est plus maintenant).L’autre espèce à queue arrondie fut alors décrite comme P.bintan car elle se trouve sur l’île de Bin­tan aussi.

Car­ac­téris­tiques :Avec une longueur max­i­male de 5 cm, cela en fait un des plus grand gouramis nains. La struc­ture dor­sale :XII-XIII,6,totale 1819,anale XII-XIII,810,totale 2123.Le mâle en col­oration de frai est struc­turelle­ment bien iden­ti­fié par le long fil­a­ment cau­dal noir d’un cen­timètre , de forme tri­an­gu­laire. De plus c’est très car­ac­téris­tique que les légers motifs dans les nageoires impaires ne sont pas con­ti­nus mais for­ment une légère bande unique..En par­ti­c­ulier dans la nageoire cau­dale cette car­ac­téris­tique est évi­dente, les lignes ayant un décalage hor­i­zon­tal et presque par­al­lèle. Les mâles P deiss­neri sont donc parmi les plus facile­ment recon­naiss­ables des gouramis nains (voir photos) .

Espèces sim­i­laires :le risque de con­fu­sion avec d’autres gouramis nains est faible pour les mâles à cause de la dif­féren­ci­a­tion phéno­typ­ique basée sur des dif­férences structurelles(nageoire cau­dale avec fil­a­ment noir), et le patron de couleur.

Pour les femelles le risque est plus grand car les dif­férences physiques sont moins évi­dentes. Mais il faut remar­quer que l’usage con­tinu du nom his­torique jusqu’en 1998 pour plusieurs espèces du genre sème tou­jours le doute chez une grande par­tie des aquar­io­philes, bien que du moins pour les mâles la dif­férence se fait sans prob­lemes. Pas seule­ment dans le com­merce mais aussi dans de nom­breux arti­cles sur inter­net et dans des livres et revues général­istes d’aquariophilie cette erreur se retrouve souvent.

Provenance/​Distribution :Suiv­ant la pre­mière descrip­tion ‚deiss­neri est endémique de l’île de Bangka en Malaisie ‚mais a été retrouvé plus tard sur l’île voi­sine de Beli­tung. Apparem­ment il n’est pas répandu plus loin.

Men­ace :à cause de la local­i­sa­tion sur ces deux îles la men­ace est importante.

Décou­verte et pre­mière impor­ta­tion :xxxxxxx

Com­merce :comme déjà men­tionné il est presque impos­si­ble de dénouer dans le com­merce inter­na­tional la con­fu­sion du nom et de l’identification. Gradu­elle­ment les expor­ta­teurs et impor­ta­teurs ont réal­isé qu’il y avait une nou­velle descrip­tion qui empêchait l’identification de la plus part des gouramis nains offerts dans le com­merce comme P.deissneri.Malgré cela une grande par­tie de ces pois­sons est ven­due sous le nom de deissneri.Mais jusqu’à peu d’années en arrière le vrai P.deissneri n’était pas com­mer­cial­isé. Ce n’est que récem­ment qu’il y a eu quelques impor­tata­tions en Europe et aux USA, mais à cause de la con­fu­sion du nom ces pois­sons ont dis­parus très vite des bacs avant que des spé­cial­istes puis­sent les récupérer.Les souches actuelles nageant dans quelques bacs provi­en­nent d’importations privées(e.g Kopic,Brown).

Soins /​Elevage :pas de con­di­tions spé­ciales autres que celles stan­dard des eaux des parosphromenus ne sont req­ui­ses. Mais il faut noter qu’étant un des plus grands des gouramis nains le P.deissneri ne doit pas être gardé dans des petits bacs. Pour le long terme un 12 litres sera trop petit et un 25 litres est un min­i­mum. Le nid peut être impor­tant avec une cen­taine d’œufs mais moins habituellement.

Comportement/​particularités :Pas de par­tic­u­lar­ités. La cour hor­i­zon­tale ou tète en bas ; nid de bulles très dis­tinct et par­fois rudi­men­taire. Un deiss­neri adulte appar­tient aux formes les plus impres­sion­nantes que nous connaissons.

Bib­li­ogra­phie

Liens

X

Right Click is Disabled

Please respect our image usage rights and do not copy the images found on this web­site with­out prior per­mis­sion. Thank You — The Parosphromenus Project Staff