nagyi

Parosphromenus nagyi

(Cherating-Form, Foto: M. Hallmann)

Schaller 1985

Pre­mière descrip­tion :Parosphromenus nagyi spec.nov.,ein neuer­Pracht­gu­rami aus Malaysia(vorlaüfige Mitteilung).Die Aquarien-​undTerrarien-​Zeitschrift 38 :301303.

Car­ac­téris­tiques :longueur totale max­i­mum de 4 cm.Formule des nageoires :dor­sale :XI-XIII,57,total 1619 ;anale :XI-XIII,811,total 2023​.La col­oration nup­tiale du mâle ressem­ble à celle de P.parvulus ou P.ornaticauda.Le patron de col­oration est dif­férent des autres espèces,une col­oration hor­i­zon­tale en deux par­ties, la par­tie basse noirâtre, la par­tie haute mar­ron foncé à mar­ron doré. La queue sem­ble courte et les rayons de la nageoire dépassent la zone de la nageoire d’environ 1 mm et où la bor­dure turquoise plus en avant est car­ac­téris­tique de cette espèce..Cet élé­ment est moins clair chez la femelle. La nageoire ven­trale pos­sède de courts fil­a­ments inhab­ituels ainsi qu’une tache noire typ­iques chez les deux sexes. Deux biotopes types sont con­nus dans lesquels les mâles sont aisé­ment recon­naiss­able par une bande, qui attire l’œil ‚dans la queue ;dans la forme Terra Typ­ica (de Kuan­tan) celle ci est blanche et mon­tre alors une col­oration dif­férente comme la bor­dure bleue dans la dor­sale et l’anale. Dans la forme « Cher­at­ing »du nord la bor­dure est bleue aussi. De plus l’extension décrite plus haut des rayons de la queue est moins pronon­cée dans cette forme et donc la queue sem­ble plus longue. Les mâle de ‘’Kuan­tan’’ ont aussi une tache noire bien mar­quée dans la par­tie arrière de la nageoire dorsale.

Espèces sim­i­laires :les mâles en patron de frai ne peu­vent être con­fon­dus avec une autre espèce .En col­oration nor­male les mâle se dis­tinguent facile­ment par leurs dif­férences mor­phologiques. Le risque de con­fu­sion est plus grand chez les femelles du fait de leur faible dif­férence mor­phologique bien qu’une obser­va­tion atten­tive per­met l’identification.

Prove­nance, dis­tri­b­u­tion :une grande par­tie de la cote est de la Malaisie de l’ouest . L’espèce a une assez large ère de dis­tri­b­u­tion ;elle est trou­vée de Pekan dans le sud en pas­sant par Kuan­tan et Cher­at­ing jusque vers Cukai dans le nord.

Men­ace :grande car bien que l’espèce ait une large ère de dis­tri­b­u­tion, l’activité humaine mas­sive la met en grand dan­ger. Actuelle­ment on trouve cette espèce dans des habi­tats résidu­els ou le long des routes dans des canaux ali­men­tés par l’eau noire de marécages tourbeux restants.

Décou­verte et pre­mière impor­ta­tion :en Europe par Peter Nagy de Felsö Gör (Salzburg/​Autriche) en 1979 ;Schaller lui donna le nom du décou­vreur (la forme de Kuan­tan) .Depuis l’espèce a été importée à de nom­breuses reprises, e.g en Suisse en 1985 par Krum­me­n­acher. M. Hall­man importa pour la pre­mière fois la forme de Cher­at­ing en 2000.

Com­merce :rare de nos jours, seule­ment la forme de Kuantan.Le stock dans nos bacs ne dépend pra­tique­ment que des impor­ta­tions privées.

Soins et repro­duc­tion :sem­blables à ceux des autres gouramis nains.

Com­porte­ment et par­tic­u­lar­ités :la cour tète vers le bas, petit nid de bulles. A cause de sa col­oration nup­tiale spec­tac­u­laire c’est une espèce très recher­chée et très attrayante.

Bib­li­ogra­phie

Liens

X

Right Click is Disabled

Please respect our image usage rights and do not copy the images found on this web­site with­out prior per­mis­sion. Thank You — The Parosphromenus Project Staff